CV de Mathieu Andro

Manager dans le numérique et micro-entrepreneur en cumul d'activités

Andro, M., Rivière, P., Dupuy-Olivier, A., Gropallo, F., Maingreaud, D. (2014). Numalire, une expérimentation de numérisation à la demande du patrimoine conservé par les bibliothèques sous la forme de financements participatifs (crowdfunding). Bulletin des Bibliothèques de France, contribution du 2 octobre 2014, 9 p

Les moyens dont disposent les bibliothèques pour conduire leurs programmes de numérisation du patrimoine qu’elles conservent, sont rarement à la hauteur des enjeux. Dans ces conditions, faire appel aux ressources financières des internautes peut sembler être une solution opportune. Certaines bibliothèques dans le monde font déjà appel à leur travail, à leurs connaissances, à leurs compétences, ou à leur créativité pour indexer (folksonomie), numériser (Europeana 1914-1918, par exemple) ou corriger l’OCR (projet TROVE de la Bibliothèque Nationale d’Australie, projet Ozalid entre la Bibliothèque nationale de France, Orange, Jamespot, Urbilog, I2S, ISEP, INSA Lyon, Université Lyon 1 – LIRIS, Université Paris 8 etc.). On parle de crowdsourcing, c’est à dire d’externalisation de certaines tâches bibliothéconomiques auprès de la foule des internautes. En retour de leur participation, les amateurs bénéficieront de développement personnel, de distraction, de jeu, d’autopromotion, ils pourront satisfaire leur soif d’altruisme ou, parfois, recevoir des gratifications sous la forme de cadeaux ou d’argent, obéissant tantôt à des motivations intrinsèques, tantôt à des motivations extrinsèques (Andro, 2014). Le crowdfunding, ou financement participatif, est une forme de crowdsourcing qui fait plus spécifiquement appel à la générosité des internautes. Mais, bien loin de s’adonner à une mendicité institutionnelle (Ayres, 2013), il s’agit, pour les bibliothèques, de s’inscrire dans un nouveau modèle de collaboration avec leurs publics et de centrer leurs politiques documentaires non plus exclusivement autour de leurs collections mais autour de leurs usagers individuels appelés à participer à la valorisation du patrimoine et à mieux faire vivre les collections, la bibliothèque numérique devenant ainsi une co-construction

Source : http://bbf.enssib.fr/contributions/numalire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *.

*
*
You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>